Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 juillet 2007

«Nicolas m’a tuer»…

medium_070525_logo_ump.2.jpgDominique Paillé a été nommé aujourd’hui secrétaire général adjoint de l’UMP. Battu aux élections législatives, il n’est pas victime de la «jurisprudence Fillon», alors que le rôle des partis politiques est inscrit dans notre constitution (Art. 4) au même titre que celui du Président de la République ou du gouvernement. Les dirigeants des partis devraient par conséquent, si l’on s’obstine à appliquer cette règle absurde, subir les conséquences du suffrage universel, comme les ministres.

Dans le même temps, Yves Jégo, et la sublime, intelligente et distinguée Nadine Morano, ont été nommés porte-parole, et on nous annonce 1 ou 2 nouveaux secrétaires généraux adjoints issus des rangs libéraux.

La boucle est donc bouclée. Après la désignation de P. Devedjian (qui aurait tout de même pu se rendre compte qu’une caméra le filmait) et celle de JP Raffarin, ces nouvelles nominations confirment que les gaullistes, alors que la majorité des militants sont issus du RPR, seront absents de la direction de l’UMP. Le parti du président sera donc dirigé par des fidèles ou des soumis. Il sera réduit à «pas grand-chose», un peu comme le PS à l’époque Mitterrand qui, 12 ans après son départ, ne s’en est toujours pas remis.

Nous devrions en tirer quelques leçons…

Les commentaires sont fermés.