Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 novembre 2007

De Victor Hugo à… John Wayne…

En 1846, devant la chambre des Pairs, Victor Hugo s’exprimait ainsi: « Quand la France parle, le monde écoute… ». Il souhaitait que notre pays prenne position face à l’annexion de Cracovie par l’Autriche.

En 2003, le 14 février, par la voix de son ministre des affaires étrangères, la France s’exprimait devant l’ONU. Le monde a écouté ! Il s’agissait d’éviter un conflit armé en Irak.

167abbc9de6d6dc7e171225c58982588.jpgIl y a quelques jours, le Président de la République était aux Etats-Unis.

De son passage devant la communauté française, on retiendra qu’il s’est adressé à « ceux qui étaient là au moment où ça n’allait pas très bien »…

De son discours devant le congrès, seules ont été rapportées les références à Duke Ellington, Hemingway, Charlton Heston, Marilyn Monroe, Rita Hayworth et… John Wayne…

Il y avait pourtant autre chose dans cette longue intervention de Nicolas Sarkozy.

La situation iranienne a été évoquée: « Nous devons convaincre l’Iran de faire le choix de la coopération, du dialogue et de l’ouverture. Nul ne doit douter de notre détermination. Nous serons fermes et nous dialoguerons parce que nous aurons su être fermes ». Des propos plutôt rassurants par rapport à ceux tenus dans l’hexagone par notre Président ou son ministre des affaires étrangères…

Il y a eu aussi l’hommage (concrétisé par une cérémonie de décorations) aux soldats qui sont venus se battre en Europe lors des conflits mondiaux.

A l’inverse, pas un mot sur l’Irak ! Et il semblerait que le discours, initialement écrit par le « très spécial conseiller » Henri Guaino (qui s’est peut-être enfin souvenu avoir été un jour gaulliste, séguiniste, et même un peu chevènementiste), ait été totalement remodelé, le seul but étant de plaire.

Mais tout ce qu’a pu dire notre président n’a finalement que peu d’intérêt.

Nicolas Sarkozy a érigé la communication en principe gouvernement, on ne retiendra donc qu’une image un peu floue de ce déplacement, un vague sentiment d’allégeance à nos amis américains, pire, à l’administration Bush, qui quittera prochainement le pouvoir.

Espérons que le monde n’a pas écouté…



NB: l’illustration de cet article se veut certes humoristique, mais pas seulement. Au début des années 30, Hergé, dans son album « Tintin en Amérique », mettait en scène les soldats américains chassant les indiens à la baïonnette après la découverte de puits de pétrole; Tintin n’était qu’un simple spectateur... L’histoire contemporaine aurait sans doute pu inspirer au célèbre dessinateur un nouvel album, « Tintin en Mésopotamie »…

Les commentaires sont fermés.