Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 février 2008

Attalisme 268

La décision 268 du rapport Attali, qui suggère de soumettre à condition de revenu les allocations familiales, déchaine les passions.

 

3f0a311bfd3561dee425a8059cbde89f.jpgCette prestation, créée en 1932 après quelques expérimentations privées au début du 20ème siècle, a pour but de favoriser la natalité, ou plus exactement à faire que la décision d’avoir un enfant ne soit pas freinée par une éventuelle contrainte financière.

 

La mesure a été imaginée il y a presqu’un siècle, dans un contexte bien différent de celui que nous vivons actuellement. Si des lois d’inspiration philosophique supportent à merveille (telle la loi de 1905 sur la laïcité) l’épreuve du temps, d’autres, basées sur un contexte économique donné, mais en perpétuelle évolution, doivent en permanence subir l’épreuve de la critique, critique qui se doit d’être constructive, et ne peut par conséquent se passer de propositions alternatives.

 

c5248c7f438cf91b871b36cbcf29ed45.jpgQui oserait aujourd’hui prétendre qu’à partir d’un certain niveau de richesse (qu’il convient bien entendu de définir, et peut-être avec l’aide de l’excellente étude réalisée par Philippe Villemus), le critère financier intervienne dans la décision d’agrandir la famille ?

 

Qui oserait prétendre aujourd’hui que l’attribution sous condition des allocations familiales aurait une quelconque influence sur la natalité en France ?

 

A l’inverse, une plus grande justice sociale et un encouragement sincère en faveur de la natalité passerait sans doute par l’attribution, toujours sous condition de ressources, des allocations familiales dès le premier enfant !

 

Par ailleurs, chez les ménages les plus aisés, les prestations familiales sont dirigées, de façon quasi-systématique, vers l’épargne, et ne contribuent en aucun cas à la relance et au développement du pouvoir d’achat voulus par le Président de la République.

 

Plus généralement, le «rapport Attali» doit être abordé avec un peu plus de sérénité. Le passé politique de l’auteur ne peut en aucun cas justifier que l’UMP le rejette en totalité, ni que le PS, totalement inaudible, ne trouve autre chose à dire que ce document «a le mérite d’exister».

 

A défaut d’élever le débat, tentons au moins de le dépassionner…

Commentaires

Je ne suis pas d'accord avec vous. Je ne suis, en revanche, pas hostile à l'idée que les allocations familiales soient assujetties à l'impôt sur le revenu.
Le système actuel aboutit en effet à une dégressivité de l'impôt puisque les personnes qui ne paient pas l'IR, faute de revenus suffisants, ne bénéficie pas de cette exonération.
Mais soumettre l'attribution des allocations familiales au niveau de revenu serait un mauvais signe ;il dirait en substance : "vos enfants ne sont pas si utiles à la société puisque que vous gagnez trop". La politique c'est aussi de la psychologie.
Ne pas avoir compris cela, c'est justement tout le problème de Jacques Attali.

Écrit par : David Desgouilles | 22 février 2008

Les commentaires sont fermés.