Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 février 2008

Si Devedjian n’existait pas…

La déclaration du Secrétaire Général de l’UMP sur le drame politico-sentimental qui se déroule à Neuilly est passée relativement inaperçue, alors que c’était certainement la plus remarquable.

 

7805d959f83aa07584c9db9826f054e4.jpgLe Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine a ainsi déclaré que le Chef de l’Etat n’était pas intervenu dans cette affaire (!!!), ce qu’a confirmé par la suite son adjoint à l’UMP, l’excellent Dominique Paillé, prenant tout de même le soin d’ajouter «directement»...

 

Ils auraient pu profiter de l’occasion pour nous expliquer que l’intervention télévisée du Président de la République n’était qu’une étonnante coïncidence, que bien que le Président de tous les Français se soit déplacé en personne à la Mairie de Neuilly (le 30 septembre dernier) pour introniser son porte-parole, il était bien au dessus de toute cette mauvaise cuisine électorale.

 

Ils auraient pu ajouter qu’effectivement Nicolas Sarkozy était intervenu sur un sujet qui préoccupe au plus haut point les Français.

 

La meilleure preuve n’est-elle pas que, contrairement à ce qu’a essayé de marteler le Chef de l’Etat (comptez le nombre de fois où il a prononcé «traité simplifié» en cinq minutes), les deux Assemblées ont adopté un texte qu’avait rejeté le referendum de 2005, dans la plus totale indifférence. Et ceci alors que l’ancien Président Giscard d’Estaing a passé une semaine à se répandre dans les médias pour expliquer que Lisbonne n’était qu’une simple réécriture du TC, et regretter que les 27 n’aient même pas profité de l’occasion pour ajouter la moindre proposition.

 

Cette merveilleuse mascarade se conclura sans doute par le maintien de David Martinon à son poste élyséen jusqu’au 16 mars, peut-être même jusqu’au 17 au matin…

Les commentaires sont fermés.