Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 avril 2008

Jeux de maux

Qu’ont retenu les media du discours du Président de la République sur la modernisation des politiques publiques et la réforme de l’Etat ?

 

Tout d’abord une superbe figure de style, que l’on doit sans doute à Henri Guaino: « Ce ne sont pas les économies qui feront la réforme, c’est la réforme qui permettra les économies. Et c'est la différence entre la rigueur et la réforme »

 

…Et la suite du propos que l’on aura voulu faire passer pour un "dérapage" du chef de l’Etat: « La rigueur consiste à faire un coût de rabot, on impose à chacun le même effort ». Il était effectivement assez opportun et amusant de laisser croire que la réforme serait quelque chose de profondément injuste, qui supposerait l’effort de quelques-uns seulement !

 

Ne soyons pas plus sarkozystes que Sarkozy, mais reconnaissons les faits: le Président voulait simplement expliquer que seul l’Etat ferait des efforts, et que ceux-ci n’auraient aucune incidence sur le quotidien des Français.

 

Le discours conviendrait donc à merveille si le Chef de l’Etat ne l’avait agrémenté d’un catalogue de 166 mesures d’économies qui, de son propre aveu, ne feront donc pas la réforme…

 

Pourquoi vouloir par ailleurs à ce point opposer rigueur et réforme ? L’un des sens du mot «rigueur» n’est-il pas justesse, netteté, précision ?

 

Une vraie réforme, juste, définie avec clarté et précision, bref, une réforme rigoureuse, ce serait pas mal, non ?

Les commentaires sont fermés.