Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 avril 2008

Silence !!!

25b9869c6bf41ddad789753055b6df7f.jpgAprès une UMP remise au pas, notamment par la réorganisation de sa direction, c’est au tour du gouvernement de rentrer dans le rang.

 

Le Président de la République, après «l’affaire» NKM, a prévenu ses ministres: le prochain qui l’ouvre sera viré; et pour s’assurer de toute éventuelle dérive verbale, Thierry Saussez a été nommé il y a quelques jours délégué interministériel à la communication.

 

De même, mercredi dernier, c’est officiellement pour des raisons de sécurité que les journalistes étaient parqués à la sortie du conseil des ministres, évitant par la même occasion à ces derniers toute tentation de vouloir répondre de façon spontanée à une question de la presse. Il ne reste donc plus qu’à museler les parlementaires de la majorité.

 

Tout ceci fait un peu désordre...

 

Il existe pourtant une solution simple aux disfonctionnements constatés au sommet de l’Etat: le respect de la Constitution de la Vème République qui prévoit que le Président préside, que le gouvernement gouverne, et que les partis politiques concourent à l’expression du suffrage.

 

A l’inverse, et malgré les avertissements lancés par les électeurs, on persiste, semble t-il, à vouloir transférer Matignon et le siège de l’UMP au 55 rue du faubourg St Honoré…

10 avril 2008

Replâtrages…

Après avoir claqué allègrement 15 milliards en juillet dernier dans des mesures dont l’efficacité reste à prouver et dont une large partie n’était pas destinée à ceux qui en aurait eu le plus besoin, le Président de la République recherche aujourd’hui les économies euro après euro. Pour ne prendre qu’un exemple, citons la fin programmée de la carte famille nombreuse de la SNCF qui représente une dépense de «seulement» 70 millions annuels.

 

Il semblerait que la même méthode s’applique aussi aujourd’hui, tant sur le plan financier que politique, au sein du parti majoritaire.

 

L’un des porte-paroles de l’UMP a déclaré récemment que le mouvement souffrait d’un déficit de trésorerie de 15 millions. Rien de bien étonnant: après avoir dépensé façon cigale pendant plusieurs années au seul bénéfice de l’ambition de son dernier président, il est temps de faire les comptes, de passer en mode fourmi. Cette inquiétante situation ne devrait a priori concerner que les dirigeants, tout au plus les militants et adhérents, mais le trésorier du parti est aussi Ministre du Budget…

 

Peu importe, nos petits chefs ont la solution: l’essentiel des économies seront réalisées sur le dos des mouvements associés, qui verront leur dotation divisée par 3 ou 4 parait-il. Et non content de les asphyxier financièrement, on tentera de les paralyser politiquement, en créant un «comité de liaison» géré directement par l’Elysée.

 

La situation est donc limpide: militant, adhérent ou sympathisant de l’UMP, tu n’as pas le choix. Sarkozy, tu l’m ou tu t’ks ! Et si par le plus grand des hasards tu pouvais avoir une quelconque envie de penser, fais-le au moins en silence !!!

 

ed32c1a4845fb5e47bd07d54a83ad1b2.jpg

 

 

NB: l’UMP affichait officiellement au 31 décembre 2007 un peu plus de 370000 adhérents. Aujourd’hui, seuls 126000 sont à jour de cotisation, et nombreux sont ceux qui déclarent qu’ils ne renouvelleront pas leur adhésion. Si le mouvement retrouvait une véritable autonomie par rapport au Président de la République, et surtout une totale liberté et un encouragement inconditionnel à penser, peut-être pourrions-nous maintenir, voire même accroitre nos effectifs. Cher Eric Woerth, 245000 adhérents supplémentaires à 25 euros, c’est plus de 6 millions dans les caisses, soit près de 50% du trou à combler.