Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 mai 2008

Bientôt 1 an…

Le 16 mai prochain, même si les inconditionnels retiendront l’élection du 6 mai et feront la fête dès aujourd’hui, il y aura un an que Nicolas Sarkozy a emménagé à l’Elysée.

 

 

6a48110a097b34de5c06d79a46259509.jpg

 

 

Le Président de la République lui-même, en décidant de l’émission télévisée du 24 avril dernier, n’aura pas attendu la date de sa prise de fonctions pour dresser le bilan officiel de ses douze premiers mois au sommet de l’Etat.

 

Grand communiquant devant l’Eternel, il espérait sans doute obtenir en quinze jours une amélioration de son score dans les enquêtes d’opinion, et retrouver ainsi un peu d’élan, pour débuter sa deuxième année de mandat sous de meilleurs auspices.

 

L’émission « En direct de l’Elysée », pourtant très largement diffusée (y-compris sur TV5 Monde), n’aura semble-t-elle pas suffi à inverser la tendance.

 

Le Président n’a pourtant pas ménagé ses efforts.

 

Sur la forme, tout a été fait pour tenter de démontrer que Nicolas Sarkozy avait, enfin, enfilé le costume présidentiel. Sur le fond, tous les sujets (ou presque) ont été abordés.

 

Il n’y a pas grand-chose à reprocher aux propos tenus sur les 35 heures. Pourquoi alors le courageux Président, champion autoproclamé de la rupture, ne les remet pas clairement en cause et préfère prendre des « mesurettes » couteuses pour le budget de l’Etat, qui par ailleurs obligent les entreprises à une espèce de chantage à l’emploi, instaurant de fait des conditions et un climat de travail détestables ?

 

Pas de critique non plus sur le discours tenu sur les OGM, plus que compatible avec l’amendement Chassaigne adopté, tout le monde s’en souvient maintenant, avec la bienveillance de Nathalie Kosciusko-Morizet. Pourquoi alors laisser le Sénat revenir au projet de loi initial largement inspiré par les lobbies de l’agriculture extensive ?

 

Les anciens électeurs de l’extrême droite, qui ont largement contribué à l’élection du Président, n’ont pas été oubliés: le scandaleux parallèle entre permis de travail et acquisition de la nationalité française sera de nature à les rassurer.

 

Même ces imbéciles de gaullistes, qui décidemment ne comprennent rien à l’évolution du monde actuel, auront pu trouver leur compte dans l’intervention du chef de l’Etat: en n’évoquant pas le retour plein et entier de la France dans l’OTAN et en n’abordant pas le sujet de la réforme constitutionnelle, on aura tenté de les endormir !

 

Seuls les jeunes auront été maltraités, le Président nous ayant expliqué que 15% de ceux qui quittaient le primaire étaient fichus (on s’en fou, ils ne voteront pas avant 7 ou 8 ans), et que les plus âgés se devaient, sauf à renoncer à être jeunes ( !!!…), d’être inquiets (on s’en fou aussi, puisqu’ils ne votent pas non plus, ou alors à gauche).

 

Bref, cette émission ressemblait une fois de plus à une opération de communication, ou plus exactement à une opération marketing: le Président s’est adressé à une population ciblée, segmentée, avec le mot (ou le silence) qui convient pour chaque catégorie identifiée.

 

Monsieur le Président de la République, vous êtes le Président de tous les Français, sans aucune distinction de conviction politique ou religieuse, de sexe, de sexualité, d’âge, de nationalité, de couleur, etc, etc, etc…

 

Monsieur le Président de la République, devenez enfin le président de tous les Français comme ils l’on massivement souhaité le 6 mai 2007, et laissez au Premier Ministre le soin et la liberté d’exercer pleinement sa fonction dont la légitimité n’a été validée que par le scrutin du 17 juin 2007.

Les commentaires sont fermés.