Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 mai 2008

Délire total

Le PS fait grimper les enchères sur la réforme constitutionnelle, demandant que le temps de parole dans les media du chef de l’Etat soit compté dans celui de la majorité, et que cette disposition soit inscrite dans la Constitution.

 

Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée, pourtant entré en politique aux côtés du grand gaulliste qu’est Pierre Mazeaud, plutôt que de rejeter cette demande ridicule, en rajoute, en proposant de différencier la parole du Président de la République selon qu’il s’exprime sur les affaires intérieures ou sur des sujets de politique étrangère.

 

Tout d’abord, même si le quinquennat la rend assez improbable, et sauf à ce que (comme le dénonce Hervé de Charrette) la modification qui nous est proposée ne soit qu’une première étape vers une présidentialisation du régime, la cohabitation peut encore exister. Il serait alors assez cocasse de voir la parole du chef de l’Etat venir amputer le temps d’expression de ses adversaires politiques…

 

Plus sérieusement, la Constitution, notre loi fondamentale, est le texte qui définit le cadre général du fonctionnement de la République et ne doit pas se perdre dans le détail, aussi important soit-il.

 

L’expression politique dans les media est surveillée par le CSA dans le cadre de ses attributions (encadrées par fb96a484678f90c2357839f7f4aa6efd.jpgla loi du 30 septembre 1986) et selon le principe défini par l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui figure dans la Constitution. C ’est très bien ainsi.

 

Si part ailleurs chacun respectait et faisait respecter un peu mieux l’esprit de la Constitution qui, dans sa forme actuelle, survivra au moins jusqu’au 7 juillet prochain, il n’existerait sans doute aucune polémique sur le temps de parole présidentiel…

 

 

NB: à lire, une contribution intéressante de Laurent de Boissieu sur l’éventuelle création de postes de Députés représentant les Français de l’Etranger.

Les commentaires sont fermés.