Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 juin 2008

Merci

Merci à Jean-Paul Anciaux, Jean Bardet, Gilles Bourdouleix, Henri Cuq, Bernard Debré, André Flajolet, Guy Geoffroy, François Goulard, Jean-Pierre Grand , Jacques Le Guen, Jacques Myard, Christian Vaneste et André Wojciechowski, les treize députés UMP qui ont voté contre le projet de révision constitutionnelle.

 

Merci à François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle qui tous trois ont voté contre.

 

Enfin, merci tout de même à Hervé de Charrette, Hervé Mariton, Georges Tron, Jean Veberschlag et Jean-Sébastien Vialatte, les cinq parlementaires UMP qui se sont abstenus, ainsi qu’aux six députés du Nouveau Centre qui, en s’abstenant, ne se sont pas totalement laissés abuser par les promesses (la « règle d’or ») qui ne seront pas tenues.

 

Soulignons le courage de Jack Lang , N°2 de la commission Balladur , qui a préféré être absent au moment du vote…

 

Le texte a donc été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale, mais il n’a pas recueilli la majorité des 3/5ème qui sera nécessaire au Congrès du 21 juillet.

 

Il serait cependant prématuré de se réjouir du résultat.

 

Il reste le vote du Sénat. Parions aussi sans prendre un risque exagéré que la « mission Accoyer » va se mettre en marche, et négocier, comme le souhaite le PS, la prise en compte du temps de parole du Président de la République dans les médias. On tentera également d’exercer des pressions sur les élus de la majorité, et à la veille des élections sénatoriales et alors que la réflexion sur une modification de la carte législative est engagée, les arguments ne manqueront pas…

 

Le démantèlement de la Vème République est donc toujours en marche et, malgré le courage de certains, le projet a encore toutes les chances d’être adopté à la faveur de petits arrangements entre amis sur des dispositions qui n’ont rien à faire dans notre loi fondamentale.

 

Il n’est pas concevable qu’une réforme de la Constitution (et de son préambule demain ?) se négocie en cachette, dans les couloirs des assemblées ou ailleurs.

 

Il reste un mois et demi aux défenseurs des institution de 1958 pour les faire respecter, et exiger du Président de la République l’application de son article 89, alinea 2 : « Le projet ou la proposition de révision doit être voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum ».

Commentaires

France Bonapartiste adhère ouvertement aux principes de la constitution de la Vème République avant les modifications des 20 dernières années. Il suffit de lire les trois premiers articles originaux de celle-ci pour comprendre cette adhésion.



Article 1: "la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion."

Article 2: "la langue de la République est le français."

Article 3: "la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum."


Si nous sommes républicains c’est parce que le régime républicain nous parait, actuellement, le meilleur terrain de réalisation des principes bonapartistes. Mais aussi parce que la majorité du peuple français est fermement attachée à la forme républicaine du gouvernement. Seul le Peuple souverain a le droit de se prononcer sur le régime qu’il veut se donner.



Fidèle donc à la République, nous le sommes aussi et encore plus à la Démocratie. Les bonapartistes ne se rangent pas parmi les apologistes du passé qui rêvent de l’abolition de la souveraineté populaire. Nous sommes démocrates parce que le pouvoir exercé pour le peuple doit être contrôlé et surveillé par le peuple.



Vouloir établir un nouvel ordre des choses avec une pseudo VIème République, vulgaire copié-collé de la IVème, supprimant l’élection du président de la république au suffrage universel, revenant à un parlementarisme, celui la même qui aurait sans doute ratifié la Constitution Européenne, faisant le jeu des partis délibérant au hasard des passions voir de certains égoïsmes, serait une atteinte inconcevable à la démocratie.

France Bonapartiste s'oppose donc aux modifications actuelles de la Constitution, celles-ci portant en elles les germes de la dislocation de la souveraineté populaire mais aussi de la cohésion de la Nationale. Nous nous opposerons à toutes modifications amenant à l'atteinte de notre principe : "Tout pour et par le Peuple" !

Écrit par : David Saforcada | 10 juin 2008

Les commentaires sont fermés.