Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 septembre 2008

Sages « grands électeurs »…

Les résultats des élections sénatoriales, compte tenu du mode de scrutin et du corps électoral, se révèlent, comme attendu, sans grande surprise, y-compris dans l’Hérault ou, avec 171 voix de moins que lors de l’élection partielle de l’été 2007, l’UMP remporte le nouveau siège créé à la haute assemblée, face à une gauche plus que jamais divisée.

 

05b9e014b09c75fd8058f2fa1b958153.jpgQuelques résultats méritent tout de même de retenir l’attention.

 

Sauf à considérer que les Deux-Sèvres ne font plus partie du territoire national, on se demande quelle mouche a pu piquer Dominique Paillé qui prétendait à représenter les français de l’étranger… Les électeurs ne s’y sont pas trompés, reléguant sa liste en fin de classement, sans élu, alors que les quatre autres enverront leur chef de file au Sénat. Il faut reconnaître qu’au-delà du fait que monsieur Paillé ne connaît visiblement de l’expatriation que quelques séjours touristiques à l’étranger, il affiche aussi un CV assez impressionnant: membre du PSU, de l’UDF (dont il a été exclu), du Parti Radical, puis de l’UMP dont il est aujourd’hui le porte-parole, il a, en 2002, perdu sa mairie suite à une démission collective de son conseil municipal, avant d’être battu aux législatives de 2007, et finalement récompensé en devenant conseiller à l’Elysée !

 

Autre leçon de démocratie, la défaite de Charles Million dans l’Ain. Les électeurs ont refusé le retour en politique de celui qui, comme Jacques Blanc ou Jean-Pierre Soisson dans leurs régions respectives, n’avait pas hésité à faire alliance avec le Front National pour tenter de conserver la présidence de Rhône-Alpes.

 

Non loin de là, en Territoire de Belfort, les républicains des deux rives se réjouiront de l’élection de Jean-Pierre Chevènement, devançant le candidat socialiste de 22 voix, alors qu’Yves Ackermann avait pourtant promis de retirer sa candidature s’il ne devançait pas l’ancien ministre au premier tour…

 

Enfin, constatons que Gaston Flosse demeure définitivement le patron en Polynésie Française, élu dès le premier tour avec 53.45% des suffrages malgré douze candidatures et tous les efforts mis en œuvre par l’UMP pour le faire chuter.

 

Il ne reste qu’à espérer que les sénateurs auront la sagesse de leurs électeurs, qu’ils choisiront un président qui a toujours privilégié ses convictions plutôt que sa « carrière », Gérard Larcher.

 

0862d5f2bc349f43f097171b766e30c5.jpg

Les commentaires sont fermés.