Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 septembre 2009

Imad va m’tué ?

Le 26 février 2007, Bakchich parlait de « Grand mythomane devant l’éternel, spécialiste des versions successives et contradictoires » à propos d’Imad Lahoud.

090906 lahoud-villepin.jpgQuelques jours plus tard, le 15 mars, c’était au tour de l’hebdomadaire Le Point de confirmer: « habile, fuyant et provocateur, changeant de peau et de registre avec un naturel désarmant, insaisissable et pourtant pris au piège de ses contradictions ».

Les commentaires sur la personnalité du personnage qui est au cœur de l’affaire Clearstream sont multiples, et pourtant tous concordants…

Le 26 novembre 2008, toujours dans Le Point, on apprenait qu’après avoir longtemps nié en être l’auteur, Imad Lahoud reconnaissait les falsifications de fichier, ajoutant avoir effectué au moins une partie de la besogne dans le bureau d'Yves Bertrand, sans toutefois être en mesure de décrire le lieu. Après l’avoir longtemps nié également, il a aussi un jour déclaré avoir rencontré Nicolas Sarkozy à deux reprises en 2004, ce que l’actuel locataire de l’Elysée dément.

Bref, on peut aisément mesurer le crédit à apporter aux révélations du JDD ce week-end.

Mais après que le procureur Marin soit intervenu sur Europe 1, il convient surtout de se demander pourquoi la presse accouche d’une déposition de décembre 2008 près de neuf mois après avoir été recueillie par le juge, à deux semaines seulement du début du procès Clearstream, qui y a intérêt, qui a balancé, et de revenir sur les conditions dans lesquelles les dernières confidences d’Imad Lahoud ont été recueillies.

Ce dernier point n’est pas sans intérêt.

Souvenons-nous que le président de la République, alors qu’il est partie civile dans le dossier, avait différé la mutation du juge Henri Pons afin qu’il puisse clore l’instruction de l’affaire Clearstream. Ainsi, avec son collègue d’Huy, il a pu signer l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel le 17 novembre 2008.

Pourtant, les confessions d’Imad Lahoud révélées samedi n’ont été recueillies que le 9 décembre, alors que celui-ci était interrogé par le juge d’Huy dans le cadre d’une autre affaire !

Etonnant, non ?

Espérons au moins que cette abracadabrantesque affaire servira de leçon à d’autres, à ce brave Eric Woerth en particulier, que ce dernier s’est assuré que son fichier de 3000 exilés fiscaux n’est pas bidon, et qu’aucun nom de proches du pouvoir n'y figure…

Commentaires

Tous les coups les plus tordus vont pleuvoir sur Dominique de Villepin avec comme soutien logistique de communication une presse largement liée à l'une des parties civiles. Les gens le ressentent et le disent spontanément,c'est rassurant. Ce procès politique, unique depuis la Libération, peut être un tournant du quinquénat. Nous sommes nombreux à le penser. D de villepin, blanchi ou condamné, pour ma part je pense qu'il sera condamné, le procureur l'a laissé entendre et l'instruction est à cet égard édifiante, il reviendra alors en 2012, au peuple, qui aura aussi bien d'autres sujets à méditer, de dire s'il accepte ce fonctionnement de nos Institutions. La majorité silencieuse prendra alors le chemin des urnes qu'elle boude actuellement. JP Grand

Écrit par : jp grand | 06 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.