Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 octobre 2009

LA FRANCE RASSEMBLéE

 « Nous som091028 adhérez.JPGmes un rassemblement de volontés, un rassemblement d’hommes et de femmes d’origines diverses, de sensibilités diverses, d’expériences diverses, mais qui néanmoins ont tous une même attente, une même exigence vis-à-vis de la politique. Nous nous situons au-delà des clivages partisans, au-delà des clans, au-delà de l’esprit de parti ».

 

C’est ainsi que Dominique de Villepin a présenté le 27 octobre son club, devant plus d’un millier de personnes, avant de prononcer un discours fondateur, « pour que la politique puisse encore être une réponse demain » :

 
 

 

 

Réagissant aux propos de l’ancien Premier Ministre, l’un des porte-f…, pardon, porte-parole de l’UMP, le merveilleux Dominique Paillé a, selon une dépêche AFP, répliqué assez sèchement à ce discours dans lequel il n'a décelé "aucune proposition concrète".

 

Il a pour une fois vu juste !

 

Dominique de Villepin s’inscrit dans la plus pure tradition de la 5ème République, avec une élection présidentielle qui est avant tout la rencontre d’un homme ou d’une femme - porteur d’un projet permettant de tracer une feuille de route - avec les Français.

 

C’est ensuite au Premier Ministre, qui tient sa légitimité des élections législatives, de formuler des propositions concrètes. Et si le président de la République estime que la majorité parlementaire n’est pas en mesure de mettre en œuvre son projet, il a toujours la faculté de remettre son mandat en jeu ou  de dissoudre l’Assemblée Nationale.

 

« La République a besoin de politique,

la démocratie a besoin de partage,

elle a besoin d’idées,

elle a besoin d’enthousiasme ».

 

(Dominique de Villepin – 27 octobre 2009)

 

26 octobre 2009

Vas-y Rama, tiens bon

L’excellent Dominique Paillé a rappelé à l’ordre Rama Yade pour indiscipline lors de son point de presse aujourd’hui au siège de l’UMP.

 

 

090510 rama-4.jpgLui qui a traversé pratiquement tout l’échiquier politique (du PSU à l’UMP, en passant par l’UDF et le Parti Radical), qui rêve maintenant de traverser la planète en se faisant élire député représentant les Français de l’étranger (après s’être fait viré des Deux-Sèvres et être arrivé en 5ème position derrière un dissident UMP aux dernières sénatoriales…) reproche à l’élue de Colombes de faire de la politique, au sens noble du terme, sur une terre d’élection qu’elle a choisie et qu’elle entend travailler, et qui, même si elle est dans le 9-2, n’est en rien comparable avec le canton de Neuilly-sud par exemple...

 

Si le candidat Nicolas Sarkozy ne l’avait pas choisie uniquement pour ce qu’elle représente, s’il s’était intéressé un minimum à ses convictions, si, plutôt que d’arriver au milieu de son discours du 24 janvier 2007, il l’avait écouté, il serait sans doute moins surpris aujourd’hui.

 

Elle avait ce jour parlé de la 5ème République, du général de Gaulle, de Jacques Chaban-Delmas, de Jacques Chirac, fustigé « ceux qui considèrent le Français moyen comme un beauf parce qu’il a dit non au referendum de 2005 ». Quand au printemps dernier Luc Ferry confirme que Rama Yade est plutôt proche des idées de Nicolas Dupont-Aignan, seul l’Elysée peut être surpris de son refus de conduire une liste UMP aux européennes.

 

Qu’avait-elle conseillé à Nicolas Sarkozy, toujours ce 24 janvier 2007 ? De toujours accompagner son action d’humanisme, de toujours y associer le cœur, qu’il est toujours plus efficace d’y mettre les formes. Pourquoi s’étonner alors de son attitude lors de la venue de Kadhafi en France et à l’occasion du changement de présidence à l’EPAD ?

 

Pour tous ceux qui semblent aujourd’hui surpris de l’attitude de Rama Yade, à son collègue du gouvernement qui estime que « Sarkozy l’a créée » alors qu’il s’en est avant tout servi, et à l’élue UMP (sans doute la meilleure après Hortefeux et Vaneste) qui trouve que « les auvergnats » font plus « couleur locale » dans le Val d’Oise que dans les Hauts-de-Seine: