Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 février 2008

Trop «connes» ?

Je m’étais juré de ne plus m’exprimer sur le candidat UMP aux municipales de Montpellier. Il n’a en effet besoin de personne pour se déconsidérer, ses gadgets (constats d’huissiers, chèque géant, sono sur les marchés ou sous les fenêtres des pailladins à la manière de Cyrano, oscar de la toupie bétonneuse, pique-nique avec un écolo qui finira par le torpiller, etc, etc…) et déclarations confuses et/ou surprenantes suffisent amplement.

 

c784192bdf9ed9819b2f73aad26bee28.gifAu registre des surprises, notons que notre challenger, lorsque le maire sortant a présenté sa liste, n’a rien trouvé de mieux que de s’émouvoir du sort réservé à Philippe Saurel, adjoint à l’urbanisme qui recule de 13 places sur la liste PS par rapport à 2001. Celui-ci n’était-il pas pourtant en charge du secteur sur lequel le député-candidat a semble t-il le plus de reproches à faire à la municipalité sortante ? Il y avait tellement à dire sur la façon dont a été composée la liste d’Hélène Mandroux...

 

A son tour, Jacques Domergue a maintenant présenté ses colistiers, faisant ressurgir l’épisode des «ni connes, ni soumises», véritable cas d’école sur lequel on pourrait faire plancher les étudiants de Science-Po, avec en toile de fond, le fameux débat sur la frontière entre politique et communication.

 

Le 19 novembre dernier, lors de la présentation de ces 13 colistières (il s’agissait bien de colistières, comme indiqué sur le site du candidat qui parlait notamment de «leur présence sur la liste menée par Jacques Domergue »), il y avait déjà eu confusion sur leur nombre. Sur la liste officielle présentée en ce début de semaine, cinq ont disparu, dont trois au moins représentaient des associations qui pèseront plus ou moins sur le résultat du scrutin !!!

 

Sur les huit rescapées, alors que l’événement de novembre dernier laissait à penser qu’elles seraient de véritables vedettes de l’équipe, notons qu’en cas de victoire du candidat UMP, seules trois d’entre-elles pourraient prétendre à un poste d’adjoint (sur 24…), et que l’une d’entre elles serait même certaine de ne pas être élue, puisque figurant en 58ème position. En cas de défaite, seule Mme El-Atmani serait élue (celle qui devait être la caution «verte» d’un candidat UMP aux législatives, mais qui a depuis, semble t-il, adhéré à l’UMP…) …

 

Belle illustration, transposée au niveau local, des dangers de l’intrusion à trop forte dose de la Com’ en politique, le plus bel exemple étant bien entendu l’attitude d’un locataire de la République (champion toutes catégories), demeurant quelque part entre le ministère de l’intérieur et l’ambassade américaine, au N°55 d’un célèbre faubourg parisien…

13 février 2008

Hyènes ou vautours ?

Ce sont généralement les deux espèces animales qui se disputent la vedette lorsque l’on évoque les «charognards».

 

A l’occasion de l’affaire du SMS du Président de la République, Rama Yade a jugé utile de compléter la liste en y ajoutant les journalistes, Carla Bruni remettant un peu d’huile sur le feu en faisant référence aujourd’hui à la presse collaborationniste...

e771ad1725272a8145286a4840fa5ec1.jpg

 

Cette histoire aura au moins eu le mérite d’avoir mis sur un plan d’égalité certains de nos politiques et certains journalistes, la publication de ce qu’il serait difficile d’appeler une information rivalisant, en termes de ridicule, avec la réaction disproportionnée et les poursuites judiciaires engagées par «la victime».

 

On pourrait débattre longuement sur le fait de savoir qui a commencé. La ligne jaune a sans doute été franchie par les deux parties, ce qui rend inévitablement le choc frontal plus violent.

 

Profitons toutefois de l’occasion pour rendre hommage au Canard Enchainé qui a, la semaine dernière, rétabli une part de vérité dans l’affaire Clearstream.

 

La saisie d’un DVD crypté lors de la perquisition dans les bureaux et au domicile de Dominique de Villepin avait fait couler beaucoup d’encre, certains étant persuadés que le disque contenait toutes les preuves du caractère politique de l’affaire, confortés par le fait que l’ancien Premier Ministre déclarait qu’il ignorait tout du contenu.

 

Les juges d’Huy et Pons ont donc mobilisé en vain de nombreux experts et dépensé des dizaines de milliers d’euros pour tenter de faire parler l’objet, avant de finalement découvrir dans les scellés déposés au greffe du tribunal le code permettant de lire les données, qui n’étaient en fait que les manuscrits des derniers ouvrages de Dominique de Villepin…

 

Eh oui, l’abracadabrantesque affaire Clearstream pourrait bien un jour faire pschitt !!!... N’en déplaise à certains…

 

Pour revenir au sujet, dans la mesure ou elle s’exerce dans le respect de la loi et des règles déontologiques de la profession, rien ne saurait remettre en cause la liberté de la presse, pas même ses excès ou de ses dérives. L’information libre et indépendante demeurera toujours un rempart contre d’autres excès ou d’autres dérives qui pourraient avoir des conséquences bien plus graves. Nicolas Sarkozy ne disait pas autre chose lorsqu’il était intervenu au procès sur les caricatures de Mahomet !

 

Ecoutons, en conclusion, l’intervention de Dominique de Villepin, invité hier de LCI. L’ancien Premier Ministre, éloigné du jeu politicien, nous livre une analyse politique de l’actualité: