Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 février 2008

Décisions fondamentales, décisions et ambitions

Depuis sa remise au Président de la République, et même avant, le «rapport Attali» a déjà fait couler beaucoup d’encre. On a beaucoup polémiqué sur quelques unes des 316 propositions, alors qu’elles sont en fait 344 !

 

5b06725a0bfcdb8d5bf502a129a53a3e.jpgEn effet, si on peut effectivement dénombrer 316 décisions, celles-ci sont précédées par 20 décisions fondamentales, la quatrième et dernière partie du rapport étant exclusivement consacrée à 8 ambitions. L’éditeur (XO) qui a publié l’ouvrage, a tranché: on parlera des «300 décisions pour changer la France»…

 

Et même si l’organisation du rapport semble un peu étonnante (quelques ambitions n’auraient-elles pas dû induire les décisions fondamentales, elles-mêmes précisées par de plus précises décisions ?),  il convient de respecter le choix des auteurs, et donc de se pencher dans un premier temps sur les décisions fondamentales.

 

Parmi les 20 DF (décisions fondamentales) proposées, nombreuses sont celles que l’on nous sert et ressert depuis des années, comme la maitrise des savoirs fondamentaux dès la fin de la classe de 6ème (DF1), l’aide aux TPE et PME (DF7 & 8) ou une véritable et efficace formation professionnelle tout au long de la vie active (DF 16).

 

D’autres semblent contestables. Ainsi, la DF4, qui propose la création de 10 Ecopolis, renvoie inévitablement à l’échec des villes nouvelles. De même, la DF10 voudrait faire entrer dans l’entreprise la discrimination positive et le communautarisme en leur demandant un bilan annuel par âge, sexe et origine (pourquoi pas aussi religion, orientation sexuelle, etc ???). Enfin, une totale libéralisation du commerce et des professions réglementées (DF13 &14) mérite d’être étudiée avec mesure.

 

Mais l’essentiel, ce sont les propositions intéressantes.

 

La DF2 suggère la création de 10 grands pôles universitaires, en d’autres termes, la création de grandes écoles ou universités capables de compter au niveau mondial.

 

La DF11 préconise une baisse du coût du travail par un transfert de charges vers la CSG (qui touche aussi les revenus du capital) et la TVA (vive la TVA sociale que l’on aurait dû mettre en œuvre depuis longtemps !!!).

 

La DF19 envisage une réorganisation des collectivités locales. Sujet polémique s’il en est à la veille des élections cantonales, on ne pourra éviter le débat à l’heure ou les agglomérations ou communautés urbaines ont, ou auront rapidement la taille d’un département.

 

La DF12 qui prévoie pour les retraités la possibilité de travailler est tout aussi intéressante que les autres. Toutefois, le sujet est assez délicat. L’intérêt pour la collectivité est que le salarié poursuive une activité professionnelle sans percevoir de pension de retraite. Le retraité actif souhaitera au contraire gagner plus, significativement plus que s’il ne touchait que sa pension de retraite.

 

En résumé, il y a du pour et du contre dans le rapport Attali, et nous sommes loin du tout ou rien que voudrait nous imposer l’auteur, tout aussi loin du rien que voudraient nous imposer certains parlementaires de la majorité, et encore plus loin de l’avis des socialistes qui n’ont rien trouvé de mieux à dire que ce rapport a le mérite d’exister.

 

A suivre…

04 février 2008

Le détail qui tue !

Les parlementaires, Députés et Sénateurs, seront réunis dans quelques heures pour modifier l’article 88-1 (alinéa 2) de notre Constitution.

 

Un acte à priori anodin puisqu’il s’agit d’une simple mise en conformité de notre loi fondamentale pour permettre une éventuelle adoption du Traité de Lisbonne, le fameux traité simplifié qui n’est en fait qu’une simple réécriture brouillonne et confuse du TCE (c’est Giscard qui le dit !!!) que les Français ont rejeté par referendum le 29 mai 2005.

 

Il ne s’agit pas ici de se prononcer pour ou contre le texte, ni pour ou contre l’Europe, ce n’est pas le sujet, et nombreux sont les «spécialistes» qui organisent savamment la confusion.

 

Le véritable enjeu du vote de cet après-midi est la Constitution de la Vème République., et l’éventuelle remise en cause de l’un de ses articles fondamentaux qui précise que le principe de notre République est le «gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple», ainsi que de l’un des outils essentiels qu’est le referendum.

 

Le Président de la République a été très clair durant la campagne électorale, il proposait de faire adopter par voie parlementaire un traité simplifié. Les électeurs se sont exprimés en mai dernier, et il n’y aurait qu’à s’incliner si le nouveau texte n’était pas qu’une copie déguisée du TCE.

 

C’est pourtant la triste réalité, et les quelques courageux qui auront lu les deux textes se seront rendu compte que l’on va faire adopter par le parlement ce que les Français ont refusé.

 

Ce n’est pas parce que nous sommes en période de carnavals qu’il faut faire n’importe quoi !

 

Si les parlementaires qui ont soutenu Ségolène Royal ou François Bayrou lors des présidentielles, et si les quelques parlementaires gaullistes qui demeurent au sein de l’UMP sont, comme ils le prétendent, réellement attachés à la Vème République , la majorité des 3/5ème ne sera pas réunie cet après-midi, obligeant ainsi le Gouvernement à proposer un nouveau texte prévoyant le recours au referendum pour faire ratifier le traité de Lisbonne !

 

STOP !!! Arrêtons de rêver …