Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 septembre 2007

Duo de choc !

A la Une aujourd’hui, Dominique de VILLEPIN et Philippe SEGUIN.

«Dans un monde meilleur», l’un pourrait être Président de la République, l’autre son Premier Ministre (il aurait déjà du être celui de Jacques CHIRAC en 1995…).

Le premier nous racontera dimanche sur F5 ce qui s’est passé aujourd’hui, le second commentait ce jour le rapport de la cour des comptes sur la sécurité sociale.

medium_070701_seguin.2.jpg

«Les diverses enquêtes réalisées par la Cour ont permis d’identifier des marges de progrès dans chacun des domaines examinés. Elles sont résumées par 45 recommandations».

Le paragraphe relatif aux aides aux familles, préconisant notamment de conditionner l’aide de l’Etat sur des bases nouvelles, collant plus à la situation actuelle, est assez intéressant.

Un alignement des taux et des assiettes des cotisations patronales famille et maladie du secteur public sur ceux du secteur marchand serait aussi à étudier.

Mais l’actualité du jour, c’est l’avis N°15: «Réexaminer ou plafonner les exonérations de cotisations sociales appliquées à la plus-value d'acquisition des stock-options, aux déductions forfaitaires spécifiques dont bénéficient certaines professions et aux avantages de départ en retraite et de licenciement».

Tollé général: «on va tuer le système», «fuite des grands patrons à l’étranger», etc…

Au contraire, comme le dit très justement l’économiste Christian de BOISSIEU au sujet des stock-options ou des «licenciements à l’amiable» de grands dirigeants, un assujettissement à cotisations sociales de ces sommes tendrait à légitimer ces pratiques (parfois injustes, souvent incomprises du plus grand nombre, et donc contestées) en alignant (au moins partiellement) leur régime social sur le régime général. Par ailleurs, compte tenu des sommes en jeu, l’incidence sur le revenu net serait individuellement relativement faible alors que le gain pour la collectivité serait de plusieurs milliards.

Philippe SEGUIN, une nouvelle fois, dérange. Comme notamment au début des années 90 lorsqu’il avait été l’un des premiers, sinon le premier, à parler de TVA sociale. On se rend compte, 15 ans après, que c’était peut-être une bonne idée mais qu’il est peut-être aussi trop tard pour la mettre en œuvre sans risque…

Espérons que nos dirigeants n’attendront pas 2022 pour se pencher sur les conclusions du rapport présenté hier…

12 septembre 2007

Club Med ???...

medium_070525_logo_ump.3.jpgLes membres du comité départemental de l’UMP de l’Hérault sont appelés, dimanche, à élire le Président du mouvement pour le département.

Jusqu’à ces derniers jours, le député Robert LECOU était candidat. Il a finalement décidé de ne pas postuler, au nom de l’unité explique t-il. Sa décision est regrettable, d’autant plus que la précédente élection avait prouvé, par le score tout à fait honorable d’un «petit candidat», peu connu, que l’uniformité ne peux régner au sein d’une assemblée de près de 250 personnes.

Rien de plus normal. A l’image de la société, l’ensemble des adhérents d’un parti politique sont divers, par leur âge, leur origine, leur sensibilité, leurs aspirations, etc… Mais le parti politique se doit de ne prendre en considération que l’intérêt général dans ses réflexions. Pour le reste, il existe d’autres lieux (syndicats, associations,…).

Le président départemental doit donc être, un peu à l’image du Président de l’Assemblée Nationale, l’homme de la synthèse, capable de rassembler l’ensemble des militants tout en permettant à chacun de s’exprimer. Robert LECOU avait le profil…

Espérons que le prochain président de l’UMP dans l’Hérault ne sera pas l’homme d’un clan, celui des petits arrangements entre amis (à toi la Région ou le Sénat si tu me laisses ta circonscription), l’homme des stratégies perdantes qui ont fait que le PS dirige Montpellier depuis 30 ans, que les parlementaires RPR ou UMP (sauf rares exceptions) n’ont été élu qu’à la faveur de «vagues bleues», que la majorité d’aujourd’hui est depuis longtemps largement minoritaire au sein de l’assemblée départementale, et que Georges Frêche, malgré tous les ennemis sur lesquels il peut compter, est président de la Région et, plus grave, pourrait le rester !

Espérons que le maire de Palavas ne sera pas un simple G.O., chargé d’organiser la fête annuelle du mouvement et d’accueillir sur ses plages la caravane de l’été de l’UMP…

(NB: à lire aujourd’hui dans Midi Libre l’avis de Jean-Pierre GRAND)