Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 juillet 2007

Trop fort ce Nicolas !...

Débarrassé de Juppé, il reste, au sein du gouvernement, à traiter le cas Alliot-Marie. Le fidèle Hortefeux s’est vu attribuer une partie des prérogatives du ministre de l’intérieur, mais cela sera-t-il suffisant ?

Dans la majorité, une fois Bayrou réduit à pas grand-chose, il fallait s’occuper du cas Villepin. Les choses semblent en bonne voie…

Peu de danger du coté de l’UMP dont la mise en veille semble déjà parfaitement organisée.

medium_070706_DSK-Fabius.jpgReste le problème de l’opposition: Ségolène est dans les choux, ne reste donc, une fois semé le trouble de l’ouverture, que les cas DSK et Fabius.

Favoriser en apparence Fabius pour finalement désigner DSK (le plus dangereux pour 2012) comme candidat à la présidence du FMI est certainement une bonne idée.

Notre super-hyper-méga-président a simplement oublié le célèbre proverbe qui recommande de ne pas confondre vitesse et précipitation

Le plus étonnant, c’est que tout le monde, à droite, à gauche, aux extrêmes, au centre ou encore au milieu n’ose broncher. Tous semblent bluffés, sauf peut-être Jean-Pierre Grand, qui est l’un des seuls, sinon le seul à avoir, par sa déclaration à l’AFP, apporté aujourd’hui son soutien à Dominique de Villepin.

05 juillet 2007

Quel acharnement !

Clearstream, encore Clearstream, toujours Clearstream…

Dominique de Villepin est, une nouvelle fois, mis en cause dans ce dossier qui, finalement, n’intéresse plus personne, sauf peut-être certains qui, en hauts lieux, conscients des qualités de l’ex-Premier Ministre, souhaiteraient mettre un terme définitif à sa carrière politique.

On ne sait pas, et ne saura sans doute jamais, par qui, et pour déstabiliser qui, cette affaire aura été orchestrée.

Souvenons-nous cependant de 1995, des terrains du Port autonome de Paris apparentant à la famille de Bernadette Chirac, de ce dossier monté de toutes pièces par le ministre du budget de l’époque (il était aussi élu de Neuilly-sur-Seine parait-il), avec l’aide du journal «Le Monde», propriété d’Alain Minc, pour tenter de déstabiliser Jacques.

Ce qu’il faut chercher dans ce genre d’histoire, c’est à qui profite le crime…