Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 mai 2009

«Je suis un opposant résolu à tout ce qui est le jeu politicien…

 

 et tout à fait déterminé à dire les choses avec la conviction qui est la mienne ».

C’est ainsi que Dominique de Villepin a conclu son intervention au micro de Jean-Michel Aphatie, dont il était l’invité ce matin sur RTL:


podcast
 

L’ancien Premier Ministre n’a pas hésité, puisque personne ne semble oser le faire aujourd’hui, à évoquer le bilan contrasté du Président de la République, évoquant, comme il le fait depuis bientôt deux ans, les réformes tous azimuts qui font que nous sommes toujours en attente des deux ou trois réformes qui feront ou ne feront pas le quinquennat.

Face à la situation actuelle du nombre sans cesse croissant des jeunes chômeurs qui mettent en moyenne 5 ans à entrer véritablement sur le marché du travail, il n’a pas hésité non plus à évoquer ses erreurs - et notamment sa précipitation - sur le CPE, laissant toutefois entendre que l’on ne pourrait certainement pas échapper à une mesure qui y ressemblera d’une manière ou d’une autre.

070902 ddv.jpgIl a souligné ce que finalement tout le monde ressent, à savoir que la grande inquiétude des Français est qu’ils ne voient pas à quoi ressemblera la France dans 5 ans ou dans 10 ans, et qu’il y a un décalage extrêmement fort entre l’inquiétude qui s’exprime dans notre pays et cette sérénité qui relève davantage de la méthode Coué.

Dominique de Villepin avait déclaré le 15 février 2007 que La vie politique, c'est se concentrer sur des choses qui n'en valent pas la peine. Mon erreur aura été de consacrer trop de temps à l'essentiel (propos relatés par Bruno Le Maire dans son livre Des Hommes d’Etat).

Surtout, qu’il ne change rien !

Et à tous ceux qui souhaiteraient mettre en doute la sincérité de l’ancien Premier Ministre, notamment à la veille du procès Clearstream, on ne peut que recommander la lecture du blog « 2Villepin », sur lequel Fred a entamé hier une rétrospective de toutes les interventions de Dominique de Villepin qui ne font que confirmer la sincérité de ses propos.

06 mai 2009

Merci Henri !

On ne sait pas très bien qui du président de moins en moins virtuel de l’UMP ou du Président de la République s’est exprimé hier soir à Nîmes. Peut-être un peu les deux…

Après avoir d’emblée annoncé qu’il n’était pas là pour dresser un bilan, il y consacra tout de même un quart du discours environ, concluant ce premier volet par un voilà la leçon de ces deux années au service de la France ! Difficile d’être plus explicite !

Sur l’Europe, thème principal de la soirée, c’était tout simplement du « Grand Guaino », un peu à l’image du discours qu’il avait inspiré et que le candidat Nicolas Sarkozy avait prononcé, à Nîmes déjà, le 9 mai 2006.

Changer l’Europe, préférence communautaire, frein à l’élargissement de l’union (en piquant au passage l’idée de Dominique de Villepin de créer un grand ensemble avec la Turquie et la Russie, excluant toutefois le Maghreb que l’ancien Premier Ministre souhaiterait intégrer, notamment au nom de la lutte contre le terrorisme), fin de toute concurrence déloyale…, tout ou presque y était !

090506 NDa.jpgOn serait pratiquement tenté d’y aller. Toutefois, après deux ans d’expérimentation du « pragmatisme » de Nicolas Sarkozy, il serait sans doute plus raisonnable de faire, le 7 juin, le choix des convictions, portées par un autre Nicolas…

Bravo en tout cas à Henri Guaino pour ce bel exercice de style, qui aura au moins, une fois de plus, permis au Président d’occuper le terrain et d’influencer l’information du 6 mai qui aurait pu s’attarder trop largement sur un autre sujet…