Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 février 2009

Merci pour le chocolat

Le Président de la République est intervenu hier soir devant plus de 15 millions de téléspectateurs.

090206 merci pour le chocolat.jpgQue retenir de ces 90 minutes ?

Après avoir, ce qui était plutôt habile, expliqué que les 1,4 milliards d’intérêts générés par les prêts aux banques seront exclusivement consacrés à des dépenses sociales (mais qu’il faudra attendre la fin de l’année pour en parler…), ce fut un florilège de « je mettrai le sujet sur la table » « le 18 février » !… (les plus pointilleux pourront vérifier, il n’y a ici aucune exagération).

Seule annonce concrète, la suppression de la taxe professionnelle, mais avec l’indication immédiate qu’il faudra bien évidemment trouver un impôt de remplacement… L’idée n’est pas mauvaise (même si la mise en place d’une TVA sociale serait sans doute plus efficace), mais l’annonce, à la manière dont avait été décidée la suppression de la pub sur France Télévisions il y a un an au détour d’une conférence de presse, laisse perplexe, et ne répond en rien à l’inquiétude manifestée dans la rue il y a quelques jours. Les choses ont par ailleurs été présentées de telle sorte que nombreux seront ceux qui auront imaginé que l’on va remplacer une taxe qui pesait sur les entreprises par un impôt qui frappera directement les particuliers, ce dont semble s’être déjà rendu compte Bercy qui annonce aujourd’hui que finalement la TP ne sera pas totalement supprimée...

Pour le reste, on sera resté dans le domaine de l’accessoire ou de la politique politicienne, même si, en déclarant que « depuis 20 mois que je suis aux responsabilités du gouvernement », le Président aura définitivement révélé l’idée qu’il se fait de la fonction de Premier Ministre ! La confirmation, si elle était encore nécessaire, sera venue avec le couplet sur Dominique de Villepin qu’il relègue au simple rang de « collaborateur qui n’a jamais été élu », alors qu’il suffit (entre autres) de lire le livre de Bruno Le Maire (Des Hommes d’Etat), pourtant ministre de Nicolas S…, pardon, de François Fillon, pour se rendre compte que l’ancien Premier Ministre a été l’un des seuls (peut-être avec L. Jospin) à avoir, depuis 1958, pleinement exercé ses fonctions, conformément au titre III de ce qu’il reste de la Constitution de la Vème République, .

Mais l’essentiel de l’émission ne réside t-il pas finalement dans le couplet sur la TVA ? Alors qu’Alain Duhamel évoque la taxe sur les produits de première nécessité, le Président n’hésite pas à répondre sur le chocolat et les CD/DVD, sur son péché mignon et sur…

Et tout ceci face à des journalistes qui n’auront pas été en mesure de réagir à l’affirmation selon laquelle le prochain président de France Télévisions ne pourra entrer en fonctions sans l’accord de 3/5ème des parlementaires, alors qu’il suffira en fait que de 2/5ème +1, soit environ 40% pour qu’il soit investi…

Merci donc pour le chocolat, et pour Carla…

05 février 2009

La blague à deux… euros

Voici ce que répondait le Président de la République le 27 mai 2008 à une question de Jean-Michel Aphatie:

podcast

Le 12 novembre (alors que la commission qu’il présidait n’excluait pas une augmentation de la redevance), Jean-François Copé, sans doute dans un formidable élan de fidélité au chef de l’Etat (certainement au moins aussi sincère que celle qu’il avait témoignée à Jacques Chirac ou à Dominique de Villepin, mais finalement probablement bien moins grande que celle qu’il porte à lui-même), déclarait que « lui vivant, il n'y aurait pas d'augmentation de la redevance télé ».

Chacun connait la suite !

Et notre excellent président de groupe n’hésite pas à expliquer que les deux euros de 2010 correspondront (malgré la crise qui verra indéniablement se ralentir la hausse des prix) à l’inflation de 2009… Laurent Wauquiez pourrait sans doute aussi nous donner les chiffres du chômage pour l’année à venir, Christine Lagarde ceux de la croissance…

Dans un tel contexte, le Président de la République ferait bien de nommer à la prospective Elisabeth Tessier…

Si tout ceci est à reléguer au rang de l’accessoire (pour la forme uniquement, il y aurait tant à dire sur le fond), la très controversée réforme de l’audiovisuel est révélatrice de l’ambiance actuelle.

Et Jean-François Copé, pour 2017, ferait bien de changer, une nouvelle fois (…), de modèle, et peut-être même de revenir à ces anciens amours…