Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 juillet 2008

Et en plus, ils ne savent pas compter !

La réforme constitutionnelle a donc été adoptée, vive la République !

 

f271f1f4330fa03bf5152fce0621cfaf.jpgIIIème bis, IVème bis, Vème ter ou VIème, on ne sait pas très bien de laquelle il s’agit, l’avenir nous le dira, mais une nouvelle République entre aujourd’hui en vigueur, sans toutefois oser encore révéler sa véritable identité…

 

D’autant moins que le texte a été adopté de justesse, par deux voix de majorité (et non par une comme on le dit depuis quelques heures; rendons à Sarkozy ce qui appartient à Sarkozy !): avec 538 voix contre 358, la majorité qualifiée aurait aussi été atteinte, et c’est donc bien deux coupables qu’il faudra trouver.

 

Nous avons le choix...

 

Nous ne reviendrons pas sur ceux qui ont été ouvertement achetés: les «Nouveaux Centristes» (ça fait plus d’un an que ça dure), qu’ils soient députés ou sénateurs (même si Philippe Folliot a «courageusement» maintenu son abstention, et si Jacqueline Gourault et Jean-Jacques Jégou ont finalement voté «non») et les Radicaux de Gauche.

 

On peut cependant s’interroger sur les revirements spectaculaires d’Alain Lambert, de six députés UMP ou apparentés, dont Bernard Debré et les élus du CNI (financement des partis politiques ???) qui avaient voté «non» à l’Assemblée, et des cinq abstentionnistes (dont Charrette, Mariton et Tron) qui, malgré les mots très durs qu’ils ont tenus sur le texte, ont finalement choisi le «oui»…

 

Bref, on sent bien que ce projet n’avait aucune raison objective d’être adopté aujourd’hui, et la faible majorité prouve une nouvelle fois que le Président de la République est plus adepte du clivage, du «diviser pour mieux régner», que du rassemblement que lui impose la fonction.

 

Dans un tel contexte, on ne peut que rendre hommage à Henri Cuq, Guy Geoffroy, François Goulard, Jean-Pierre Grand , Jacques Le Guen, Jacques Myard, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, et aux quelques autres qui ont su résister à des pressions dignes de républiques antérieures, et peut-être à venir...

 

Une question essentielle demeure ce soir: le Président de la République va-t-il pouvoir résister psychologiquement à ce médiocre passage en force, et attendre jusqu’à l'entrée en vigueur du texte avant de venir s’exprimer devant le parlement ???

Le JDD au secours de l’Elysée ?

Le Président de la République n’est semble-t-il pas parvenu à convaincre l’ensemble des parlementaires de la majorité de voter «oui» cet après-midi à Versailles.

 

Hier, c’est le JDD, associé à l’IFOP, qui a publié un sondage selon lequel les Français sont massivement favorables à la modification de notre Constitution. De quoi faire basculer un ou deux suffrages supplémentaires ? 

 

Espérons que nos élus, souvent trop sensibles aux enquêtes d’opinion, sauront, alors qu’il s’agit de notre loi fondamentale, voter en leur âme et conscience.

 

Et si les électeurs étaient réellement séduits par le texte proposé, pourquoi alors ne pas avoir respecté l’esprit de l’article 89 de la Constitution, et choisi le referendum pour faire adopter la réforme ?

 

S’il existait ne nombreuses raisons de fond pour voter «non», un nouvel argument est venu se greffer: les méthodes utilisées pour tenter d’obtenir la majorité qualifiée sont dignes d’un autre âge et inacceptables.