Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 mai 2008

De vous à moi

Dominique de Villepin était l’invité de l’émission de Serge Moati sur la chaine Vivolta.

 

Quelques phrases, ou fragments, volés au hasard (enfin, pas tout à fait…):

 

« Défense de la diversité culturelle »… « visage de l’occident qui n’est malheureusement pas le visage habituel de l’occident »… « nous parlons tous au nom de la France »… « c’est bien le signe qu’il y a un universalisme français »… « depuis l’enfance, cette image de l’autre, quelle que soit sa couleur, quelle que soit sa religion, quelle que soit sa différence, m’est fraternelle »… « je mènerai mon combat pour la France jusqu’au bout »… « je ne suis pas heureux tout seul et je ne suis pas heureux de l’ordre du monde. Je suis profondément insatisfait devant la façon dont les choses sont, donc très peu conservateur »… « tout ordre est fragile dès lors qu’il n’est pas juste »… « il ne faut jamais perdre de contact ni de vue l’autre ».

 

Les plus courageux pourront remettre ces quelques éléments dans leur contexte en visionnant la video de l’émission :

 

 

29 mai 2008

Européennes... Attention… Danger !

La bataille des régionales 2010 est engagée, particulièrement en Ile de France, dont l’Elysée rêve visiblement, en cas de victoire de la majorité, de faire un symbole de la reconquête de l’opinion, des régions et, accessoirement, des électeurs.

 

Tout se met progressivement en place à Paris, du secrétariat d’Etat au «grand Paris» à la gestion de la ligne A du RER en direct depuis le 55 (pas la plage de St Trop’ bien sûr, chacun aura compris qu’il s’agit du 55 Fg St Honoré !), en passant par le «livre noir» des régions.

 

En province (pardon, en régions, restons politiquement corrects…), chacun prend ses marques pour tenter de décrocher l’investiture, certains se déclarant même déjà en campagne !

 

 

a66dcb6569ee22cc28a9ec737cf2303e.jpg

 

 

L’ensemble de la classe politique ignore donc ostensiblement la prochaine consultation électorale, les européennes de 2009.

 

Tous, ou presque… Deux célèbres intermittents de la politique (sans vouloir entacher tout le respect dû à ceux qui chaque jour travaillent à notre culture et/ou notre divertissement), Bernard Tapie et Philippe de Villiers pointent déjà le nez, l’un comme l’autre espérant se refaire une santé sur le dos des déçus, de gauche ou de droite.

 

A côté, figurerons certainement une multitude de «petites listes» qui, même si elles ont des idées intéressantes à défendre, ne seront pas, ou presque, représentées au parlement européens.

 

Quant à l’UMP ou au PS, ils agiront assurément comme d’hab’: quelques stars pour tirer la liste (qui démissionneront aussitôt élues), quelques anciens récompensés pour bons et loyaux services, quelques personnalités gênantes que l’on espère faire disparaître de la scène politique nationale, et quelques amis ou militants qui seront flattés de voir leur nom figurer sur un bulletin électoral.

 

Une fois le scrutin passé, on continuera, comme sur la loi OGM , à nous expliquer que les textes votés à Paris ne sont pas bons, mais qu’ils sont finalement les moins mauvais possibles compte-tenu de l’essentiel qui aura été décidé à Bruxelles.

 

Et si en 2009 nous pouvions voter pour de vrais candidats ?