Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 décembre 2008

L'invité de France Inter

Dominique de Villepin était ce matin l'invité de Nicolas Demorand sur France Inter:

 

podcast

 

Il a participé ensuite à Inter Activ', répondant aux questions des auditeurs:

 

podcast

podcast

 

14 décembre 2008

Le Maire secrétaire

081214 lemairejouyet.jpgBruno Le Maire remplace Jean-Pierre Jouyet au secrétariat d’Etat chargé des affaires européennes.

 

Personne n’a encore osé le rappeler, mais l’ancien collaborateur de Lionel Jospin souhaitait, depuis quelques temps déjà, quitter le gouvernement pour ne plus s’y sentir totalement à l’aise. La présidence de l’AMF lui permettra sans doute d’être suffisamment occupé pour ne pas avoir le temps d’évoquer avec les journalistes ses précédentes fonctions, et les véritables raisons de son départ...

 

Il sera remplacé par un ancien conseiller de Dominique de Villepin qui déclarait quelques jours avant sa désignation qu’« il n'est pas d'usage de refuser une mission qui vous est confiée par le Président de la République » et qui, dès les premières pages de son dernier livre (une note de février 2005 publiée début 2008 – pages 18-19), masque difficilement une certaine admiration pour Philippe Douste-Blazy (son habileté, et, même s’il l’exprime avec un peu plus de mesure, son absence totale d’amour-propre qui lui aurait permis de réussir mieux que d’autres !...) …

 

S’il est trop tôt pour intenter un mauvais procès à Bruno Le Maire qui ne cesse de clamer sa fidélité à ses convictions de « gaulliste social », et s’il convient d’attendre de le voir à l’œuvre pour qu’il puisse nous en convaincre, il n’est pas inintéressant de revenir sur les conditions de sa nomination.

 

Notre Constitution a été largement modifiée l’été dernier. Son article 8 demeure cependant inchangé: « Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions ».

 

Pourtant, le Président de la République l’a dit devant la presse vendredi à Bruxelles, c’est bien lui qui a demandé à Bruno Le Maire de remplacer Jean-Pierre Jouyet, se contentant de l’accord du Premier Ministre (sans doute était-il superflu de rajouter que Bernard Kouchner avait lui aussi donné son accord, chacun ayant compris depuis bien longtemps que François Fillon n’est qu’un collaborateur subalterne).

 

Et tellement il était content, tellement il était heureux, tellement il était satisfait, tellement il était fier, notre Président n’a pu s’empêcher de faire allusion à l’ouverture à l’ensemble des sensibilités de la majorité, le tout emballé dans un large sourire...