Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 juin 2007

Record battu !

medium_070607_assemblée.jpg

39.57 %, c’est le taux d’abstention au premier tour des élections législatives qui se sont déroulées dimanche. Ainsi, nos parlementaires seront élus par seulement 30 à 35% de leurs électeurs !

Il y a un mois à peine, le Président de la République nous expliquait qu’il avait réconcilié les Français et la politique. Il faudra trouver une autre explication…

Et c’est certainement l’élection présidentielle qui nous livrera les meilleurs éclaircissements sur cette faible participation.

En effet, ce sont les candidats à la magistrature suprême qui ont mené une campagne législative, occultant totalement les thèmes présidentiels, et se plaçant ainsi virtuellement, tant que la Constitution ne sera pas modifiée (!!!???...), en chef de la future majorité.

Nos pauvres aspirants députés n’avaient donc plus qu’à rejouer le 22 avril, essayant parfois de se distinguer les uns des autres sur des thèmes locaux.

Même François Fillon n’avait rien à dire, passant plus de temps ces dernières semaines à critiquer plus ou moins ouvertement son prédécesseur et l’ancien Président qu’à s’opposer aux socialistes.

Le débat législatif a donc été tranché le 6 mai, et seuls les plus motivés sont allés voter le 10 juin, amplifiant souvent le score de Nicolas Sarkozy au premier tour.

«Sarko l’américain», comme il aimait à se définir jusqu’à l’automne 2006, a gagné… Ce qualificatif est plus que jamais d’actualité, et nous ne tarderons pas à mesurer les conséquences de cette victoire (plus de détails dans un prochain message).

04 juin 2007

Les subtilités de l’alchimie électorale

Les élections législatives désigneront certainement pour siéger à l’Assemblée Nationale aux environs de 400 parlementaires issus ou soutenus par l’UMP.

C’est mathématique, lié à la fois au mode de scrutin, à l’effet quinquennat, et à l’élan créé par l’élection présidentielle.

Les militants pourront redoubler d’efforts, les lignes bougeront difficilement.

Ainsi, dans la première circonscription du Gard, Simon Casas a le soutien de la quasi-totalité des militants de l’UMP et fait campagne sous le slogan «génération Sarkozy». Il a pourtant peu de chances de figurer au second tour…

Ailleurs, on trouve des circonscriptions où militants et cadres de l’UMP font, certes discrètement, mais clairement campagne contre des candidats investis par le mouvement. Mais parce que ces candidats ont un bilan, une personnalité, profitant de l’élan du 6 mai, ils seront très certainement élus.

Enfin, comme à chaque scrutin, il y aura les surprises, les «nouvelles têtes» qui vont émerger.

Bernard Sananes, directeur général chez Euro-RSCG, tente, avec son expérience, de tempérer les pronostics livrés par les sondages, afin d’obtenir une vision aussi réaliste que possible de ce que sera le résultat du 17 juin.